Actualités Monde

Sénégal: L’opposition rejette le dialogue national du président Sall

Photo d’archives du président sénégalais, Macky Sall. /Photo prise le 25 octobre 2023/REUTERS/Johanna Geron

DAKAR (Reuters) – Les candidats de l’opposition sénégalaise à l’élection présidentielle ont rejeté vendredi l’invitation du président Macky Sall à participer à un dialogue national visant à programmer le prochain scrutin.

Macky Sall a promis jeudi que son mandat à la tête du pays prendrait fin le 2 avril, tout en estimant qu’il était peu probable que l’élection présidentielle puisse être organisée à temps pour que le nom de son successeur soit connu avant cette date-là.

Le dialogue national doit réunir à compter de lundi, probablement pendant deux jours, des groupes de la société civile, des partis politiques et des candidats au scrutin.

Seize des 19 candidats à la présidence ont rejeté cette proposition lors d’une conférence de presse commune à Dakar.

“Avec cette décision et ses actes, Macky Sall est en train de détruire la constitution”, a déclaré le porte-parole du candidat de l’opposition Khalifa Sall, appelant le président à annoncer la date de l’élection dans les plus brefs délais.

“Je rejette catégoriquement ce simulacre de dialogue”, a déclaré une autre candidate, Anta Babacar, dans un communiqué.

“On ne peut pas prendre en otage l’avenir d’une nation.”

En annonçant début février le report du scrutin, le chef de l’Etat a tendu le climat politique et provoqué des manifestations parfois violentes à travers le pays d’Afrique de l’Ouest, considéré comme l’une des démocraties stables dans une région marquée par les putschs ces dernières années.

Le Conseil constitutionnel a jugé la semaine dernière que le décret de Macky Sall ayant entraîné un report de dix mois de l’élection présidentielle, initialement prévue le 25 février, était illégal.

Les groupes de la société civile ont également refusé de participer au dialogue. Le collectif Aar Sunu Election a accusé Macky Sall de ne pas tenir sa promesse de se conformer à la décision du Conseil constitutionnel et a demandé que le scrutin ait lieu avant le 2 avril.

Macky Sall a justifié son report, qualifié par des opposants de tentative de “coup d’État institutionnel”, par des différends sur des candidatures et des accusations de corruption présumée à l’encontre de deux membres du Conseil constitutionnel.

(Reportage Ngouda Dione, Cooper Inveen, Diadie Ba, rédigé par Anait Miridzhanian ; version française Kate Entringer)

Source

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button