Actualité des matières premières et futures

Pétrole : Des membres de l’Opep+ acceptent de prolonger les baisses de production au deuxième trimestre

Logo de l’Opep. /Photo d’illustration prise le 8 octobre 2023/REUTERS/Dado Ruvic  

(Reuters) – Des membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, réunis au sein de l’Opep+, sont convenus dimanche de prolonger l’accord actuel de réduction de la production de brut jusqu’à la fin du deuxième trimestre afin d’éviter une offre excédentaire.

L’Arabie saoudite, meneuse de facto de l’Opep, a déclaré qu’elle prolongerait la réduction de sa production de 1 million de barils par jour (bpj) jusqu’à la fin du mois de juin. Sa production de brut totale s’élèvera donc à environ 9 millions de bpj. Les baisses seront révisées en fonction des conditions du marché, a rapporté l’agence de presse nationale SPA.

La Russie, elle, réduira sa production et ses exportations de pétrole de 471.000 bpj supplémentaires au cours du deuxième trimestre, en coordination avec certains membres de l’Opep+, a déclaré le vice-Premier ministre russe Alexander Novak.

En novembre, l’Opep+ a accepté des réductions volontaires totalisant environ 2,2 millions de barils par jour (bpj) pour le premier trimestre, sous l’impulsion de l’Arabie saoudite qui a reconduit sa propre réduction volontaire.

Les pays membres de l’Opep+ annoncent leurs baisses séparément. Les Emirats arabes unis (EAU) ont déclaré qu’ils réduiraient leur production de pétrole de 163.000 bpj jusqu’en juin, le Koweït de 135.000, l’Algérie de 51.000 et Oman de 42.000. Le ministre irakien du Pétrole, Hayan Abdel Ghani, a confirmé aux journalistes que Bagdad prolongerait également la baisse de sa production.

L’Opep+ a mis en œuvre une série de baisses de la production depuis la fin 2022 pour soutenir le marché face à l’augmentation de la production des États-Unis et d’autres producteurs non membres et aux inquiétudes concernant la demande alors que les principales économies sont confrontées à des taux d’intérêt élevés.

Les prix du pétrole sont restés soutenus en raison des tensions géopolitiques croissantes liées aux attaques des Houthis du Yémen en mer Rouge, malgré les inquiétudes sur la croissance économique et les taux d’intérêt élevés.

Les contrats à terme sur le Brent pour le mois de mai se sont établis à 83,55 dollars le baril vendredi, soit une hausse de 1,64 dollar, ou 2%.

La semaine dernière, des sources ont déclaré à Reuters que l’Opep+ envisagerait d’étendre les réductions de la production de pétrole au deuxième trimestre, l’une d’entre elles estimant qu’il s’agissait d’une éventualité “probable”.

Les perspectives de demande de pétrole sont incertaines pour cette année. L’Opep s’attend à une nouvelle année de croissance relativement forte de la demande de 2,25 millions de bpj, tirée par l’Asie, tandis que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit une croissance beaucoup plus lente de 1,22 million de bpj.

(Reportage Maha El Dahan à Dubaï, Alex Lawler à Londres, Vladimir Soldatkin à Moscou, avec Ahmad Ghadda, rédigé par Yousef Saba ; version française Claude Chendjou et Kate Entringer)

Source

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button