Actualités Monde

Navalny était sur le point d’être libéré dans un échange, dit une proche

Des bougies brûlent alors que des personnes assistent à une veillée après la mort du leader de l’opposition russe Alexei Navalny, au Trocadéro près de la Tour Eiffel à Paris, en France. /Photo prise le 19 février 2024/REUTERS/Benoit Tessier

MOSCOU (Reuters) – Alexeï Navalny était sur le point d’être libéré dans le cadre d’un échange de prisonniers lorsqu’il est mort, a déclaré lundi Maria Pevtchikh, une alliée de l’opposant au président russe Vladimir Poutine.

S’exprimant sur YouTube, Maria Pevtchikh a déclaré que des négociations étaient sur le point d’aboutir pour un échange entre, d’une part, Alexeï Navalny et deux ressortissants américains et, d’autre part, Vadim Krasikov, un Russe condamné à la prison à perpétuité en Allemagne pour un meurtre commis pour le compte du FSB, les services de sécurité russes.

Elle a réitéré son accusation selon laquelle Alexeï Navalny avait été tué à la demande de Vladimir Poutine, ce que la Russie dément.

Alexeï Navalny est mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une colonie pénitentiaire dans l’Arctique russe, selon son certificat de décès, qui évoque une mort de causes naturelles.

Maria Pevtchikh n’a pas nommé les deux Américains qui étaient selon elle concernés par ce projet d’échange de prisonniers.

Les Etats-Unis disent oeuvrer à la libération d’Evan Gershkovich, journaliste au Wall Street Journal, et de Paul Whelan, un ancien “marine”.

“Alexeï Navalny pourrait être assis dans ce fauteuil exactement maintenant, exactement aujourd’hui. Ce n’est pas une figure de style, cela aurait pu et dû se produire”, a dit Maria Pevtchikh.

“Navalny aurait dû être dehors dans les prochains jours parce que nous avions une décision au sujet de son échange. Début février, il a été proposé à Poutine d’échanger le tueur, l’agent du FSB Vadim Krasikov, qui purge une peine de prison pour un meurtre à Berlin, contre deux ressortissants américains et Alexeï Navalny”, a-t-elle ajouté, affirmant avoir obtenu dans la soirée du 15 février la confirmation que les négociations étaient dans leur dernière phase.

Alexeï Navalny a été tué le lendemain car Vladimir Poutine ne supportait pas l’idée de voir son principal opposant libéré, a accusé Maria Pevtchikh.

Selon elle, les alliés de l’opposant décédé travaillaient depuis le début de la guerre en Ukraine en février 2022 sur un projet visant à le faire sortir de Russie dans le cadre d’un échange impliquant “des espions russes contre des prisonniers politiques”.

Ils ont cherché des intermédiaires, approchant même l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger, mort en novembre dernier, mais les pays occidentaux n’ont pas fait preuve de la volonté politique nécessaire, selon son récit.

“Les responsables, américains et allemands, ont hoché la tête en signe de compréhension. Ils ont rappelé combien il était important d’aider Navalny et les prisonniers politiques, ils ont serré les mains, promis des choses et n’ont rien fait”, a dit Maria Pevtchikh.

Le gouvernement allemand, via un porte-parole, a dit ne pas pouvoir commenter ces déclarations.

(Rédigé par Filip Lebedev et Andrew Osborn, version française Bertrand Boucey, édité par Sophie Louet)

Source

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button